Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2014

La crue centennale est-elle un mythe?

La crue centennale est-elle un mythe?

 

palavas,pos,inondations,crues,risques,lez,mosson

     Au Conseil municipal du 11 août 2014, lors de la discussion sur le POS, document d'urbanisme qui intègre les inondations, le maire a été obligé de reprendre les conclusions du Commissaire enquêteur qui a estimé que :

     "les propositions de l'Association ASPRI devraient être étudiées en ce qui concerne le PPRI (Plan de Prévention des Risques d'Inondation), bien que cela ne fasse pas partie de l'enquête. Le PPRI date de 2004, depuis toutes les communes environnantes ont fait de très importants travaux pour se protéger des inondations. L'ASPRI demande qu'une étude soit menée sur l'ensemble des bassins versants qui envoient leurs eaux dans les étangs de Palavas. Il semblerait que les services de l’État devraient organiser la révision du PPRI dans un proche avenir".

À notre grande stupéfaction le Maire a cru bon d'ajouter :

"il n’y a plus de crues contrairement à l'époque. C'est comme ça. Ensuite avec tous les travaux qui ont été entrepris de détournement et de répartition des crues du Lez il n'y a plus pratiquement de risques de débordement de la rivière. D'autre part 11 bassins de rétention de grande envergure en amont avaient été prévus à l'époque mais ils vont en faire 9 bientôt."

Nous sommes bien obligés de contredire le Maire

qui a commis trois grosses erreurs en quelques phrases.

     L'ASPRI dispose des études scientifiques qui ont chiffré la crue dite centennale.

     Si à une longue période de pluie qui gorge les sols succède un épisode cévenol, si les crues de la Mosson et du Lez arrivent ensemble à Palavas (si elles sont décalées c'est moins grave) et enfin si une tempête élève considérablement le niveau de la mer, soit quatre conditions très rarement réunies, une énorme crue dite centennale aura lieu, avec les effets que l'on comprend.

Une crue centennale,

Nous ne la souhaitons évidemment pas, mais elle est POSSIBLE.

Nier la réalité ne la changera pas.

     Laisser croire aux Palavasiens que les déversoirs les protègent des crues est dangereux.

     Toutes les eaux du Lez détournées ou pas aboutissent TOUTES dans les étangs Palavasiens et donc à Palavas.

     Ajoutons qu'avec la diminution des zones d'infiltration et d'épandage il y en aura beaucoup plus.

     Les seuls bassins de rétention prévus aujourd'hui sont ceux que la loi oblige à réaliser lorsque se construit une nouvelle urbanisation pour retenir 100 litres d'eau par mètre carré urbanisé (uniquement ruissellement). Cela n'a rien à voir avec des bassins de rétention qui réguleraient la crue en amont. Inventer des bassins de rétention des crues qui n'existent pas même à l'état de projet (et qui sont demandés par l'ASPRI) endort les Palavasiens dans une fausse sécurité.

     Par la suite le Maire de Palavas est revenu à des considérations plus réalistes. En contradiction avec ses propos antérieurs qui niaient la crue, il a fait mine de souscrire à certaines demandes de l'ASPRI comme les portes sur les graus.

C'est reconnaître indirectement

que des crues majeures sont possibles.

     Mais les Palavasiens comprendront que l'ASPRI ne puisse laisser passer sans réagir à des propos qui supposent que RIEN ne sera fait par la commune pour lutter contre les crues majeures.

     Nous demandons au lecteur de se référer au schéma général de l'ASPRI qui comporte des travaux importants sur la commune (La réfection des passes entre le canal et les étangs, une évacuation en tuyau sous l'Avenue Saint Maurice et la D486, des portes aux canalettes et au Grau du Prévost et aux 4 canaux).

     Rappelons que ces travaux ne sont pas financés par la commune mais par voies navigables de France, le Département, la Région, les Agglos, l’État.

Mais si le maire ne demande rien,

il n'aide pas à la réalisation de nos demandes,

c'est le moins qu'on puisse dire.

Ci joint :

Extrait de la note de synthèse du Conseil municipal du 11 août 2014 concernant le point 9 : approbation de la modification du POS : 5ème modification du Plan d'Occupation des Sols (cliquez dessus)

Les commentaires sont fermés.